Des enfants au Centre d’héritage!

Ce 28 mars : journée d’échange linguistique à Namur, des 1ères de l’E.S.N.D avec leurs 250 correspondants néerlandophones d’une école de Courtrai.

Le parcours sympa pour la découverte de Namur démarrait naturellement par une connaissance plus approfondie de l’historique et de l’origine de l’école relatée au Centre d’Héritage.

Mr Piette et l’équipe des professeurs de langues avaient imaginé suivant les nouvelles techniques (un Q.R. code) permettant de faire parler Julie Billiart, notre fondatrice, comme si elle nous contait elle-même sa vie aujourd’hui. Avez-vous déjà vu Julie parler ? Pour moi c’est la première fois!

Les jeunes étaient enthousiastes de ce musée moderne même si nos élèves ont encore bien des efforts à faire pour pouvoir tout leur expliquer en néerlandais. Un regret qu’il n’y ait toujours rien dans cette langue dans notre Centre d’Héritage, mais un espoir existe espérons qu’il se réalisera d’ici l’an prochain.

Sr Christiane Houet

Nos écoles au Pérou

En ce début d´année scolaire péruvienne, le thème de l´année pour nos 32 écoles, nos cercles d’études pour adultes n´ayant pas terminé leurs études primaires et/ou secondaires et notre programme d´éducation par le travail est le mot de Sainte Julie : « Faisons toujours le meilleur avec simplicité de cœur et d´esprit”.  

Et c´est ainsi que au début mars, nous avons eu une première rencontre avec nos 120 professeurs et directeurs afin d´approfondir ce thème, rencontre durant laquelle nous avons pu bénéficier de l´Eucharistie.

Après la présentation, selon le lieu de travail, de chaque groupe de professeurs (anciens et nouveaux), les différentes activités ont beaucoup aidé á l’approfondissement du thème.

Les jours suivants ont été dédiés á continuer la préparation de l´année scolaire, cette fois par groupes de 30 professeurs selon les spécificités.

Galerie de photos:

Toutes ces activités se sont toujours déroulées dans la joie de se retrouver après 2 ans d’absence d´école en présentiel, et cherchant ensemble de manière créative comment accueillir les étudiants et étudiantes ( Nous avons 2300 élèves répartis dans 22 villages et hameaux), représentant comment pourrait se vivre réellement la semaine d´accueil des enfants, leur redonnant en quelque sorte le goût de revenir étudier.

Puis fin mars, le village de Palominos a ouvert ses classes, tout d´abord le programme des adultes qui se retrouvent quelques après-midi par semaine.  

et ensuite le primaire et secondaire pour le centre éducatif de ce village, en prenant soin de suivre le protocole établit comme la distance, le lavage et la désinfection des mains, ainsi que le port du masque

Et cette semaine, la dernière avant l´ouverture officielle de toutes nos autres écoles, Sœur Marleny, en moto, fait la visite de village en village pour s´assurer que tout est prêt.

 Et qu´elle joie de découvrir la créativité de la professeur Clorinda qui a utilisé les vieilles roues de voiture pour en faire une chenille pour les jeux des plus petits

 puis aussi un coin lecture selon ce qui est écrit «  lire est comme rêver avec les  yeux ouverts ».  

Une autre bonne surprise , nous avions déjà une école primaire qui a été autorisée de prendre, il y a quelques années, ( avant le décès par covid de son ancien directeur qui avait fait les démarches pour obtenir cette autorisation ) le nom de « Julia Billiart » et cette année une autre de nos écoles gardiennes a été acceptée par le ministère d’éducation à porter  le nom de « Hermanas de Notre Dame de Namur »   

et voici les deux professeurs

Nous travaillons pour faire l´accompagnement et la formation de nos professeurs avec 9 laïcs spécialisés.

Sur la photo suivante, à gauche, il y a Janet (qui administre tous nos projets financiers avec Sœur Marie Laure), au centre, Astrid (psychologue) et à droite, Yuliana (spécialiste pédagogique pour le niveau gardien). Nous avons un chauffeur et homme á tout faire, aidant aussi la partie logistique, puis Aricela spécialisée pour ce qui est l’informatique et donnant cette formation aux professeurs. Ensuite vient Hermélinda spécialiste pédagogique pour le niveau secondaire et la pastorale ( coordonnant pour ce dernier point avec Sœur Marie Laure), puis Janet Cruz spécialiste pédagogique pour le niveau primaire, ainsi que FAdex, ingénieur agronome, chargé de tout ce qui est apprentissage par projets d´agriculture, apiculture, verger, jardinage, élevage de poulets dans les écoles.

Ici, à gauche,nous avons Carlos Tadeo, coordinateur du groupe des spécialistes et aidant Sœur Marleny, directrice de notre réseau d´éducation rurale.

Une année de plus, au mois de février, Sœur Marleny a reçu un prix, une reconnaissance officielle du gouvernement régional de Piura pour l´excellence de notre travail en équipe auprès des professeurs et communautés villageoises de nos étudiants.

Merci à la communauté de Namur pour le partage de l´Avent. Le covid continue á se répandre. Nous faisons le plus possible pour aider les familles en besoin de médicaments. Nous avons plusieurs élèves orphelins de père ou de mère, ou des deux, et pratiquement toutes les familles ont perdu un membre proche ou éloigner. Ce don a donc été très bien reçu.

Sœur Marie Laure Bentz, 22 mars 2022

A l’écoute… Carême 2022

1er dimanche de carême :

40 jours de carême 40 jours de marche du peuple de Dieu dans le désert, 40 jours de Jésus dans le désert.

Désert ? pas d’eau, pas de nourriture, pas de pain…

(Les biens matériels sont une entrave pour le royaume de Dieu.

Le pouvoir, la gloire, le culte de la personnalité ne conduisent pas au bonheur.)

Se nourrir alors de la Parole de Dieu.

Carême C : confiance,

               A : amour, partage,

               R : repentance

               E : espérance

               M :miséricorde

               E : élévation.
Que l’ESPRIT SAINT nous aide à vivre de la Parole de Dieu et pas seulement de pain…

Homélie du Père Cyprien. Notes prises par Sœur Andrée Weynandt

Le carême, grâce reçue et partagée | Réformés.ch

Nouvelles de Gembloux…

Le temps passe et avec lui les locataires changent, le départ des uns permettant l’accueil de nouveaux ou d’anciens qui reviennent pour un nouveau stage aux Facultés.

Valère est retourné au Bénin définitivement après deux années en Belgique. Travailler dans son pays lui permet d’être plus présent auprès de son épouse pour éduquer leurs deux filles qui grandissent.

Thaï est parti lui aussi ; il nous a quittés en septembre après avoir réussi sa thèse et il cherche du travail chez lui au Vietnam.

Heureusement les nouveaux sont arrivés et les chambres sont à nouveau toutes occupées.

Zaneidou est revenu du Niger pour un second stage avant de terminer sa thèse. Entre ses deux séjours à Gembloux il est devenu papa d’un petit garçon.

 Une vraie joie de le retrouver, de partager avec lui, de bénéficier de ses services et de son expérience dans la maison lorsque les nouveaux arrivent. Il sera avec nous pendant cinq mois.

Mimune nous est arrivée en septembre. Elle vient de Turquie et termine son séjour en Belgique en ce mois de février. Elle aime nettoyer et mettre de l’ordre…il faut parfois chercher les choses après son passage…Sa détente, elle la trouve à la cuisine et le parfum de ses gâteaux emplit régulièrement la maison…j’ai la chance de recevoir un morceau de sa pâtisserie à chaque fois…Son travail aux Facultés n’est pas terminé, elle espère pouvoir le continuer dans son pays.

Ramsey vient du Cameroun et étudie à Namur. Jeune, il est plein de projets…Réussir ses études, trouver du travail (le Cameroun ne donne pas de bourses aux étudiants partant à l’étranger) pour subvenir progressivement à ses besoins, avoir un appartement, une voiture et j’en passe. Son séjour à la maison se termine en juin normalement. A moins que…Avec lui, difficile de savoir à l’avance, tout peut changer d’un jour à l’autre.

Le covid a changé l’ambiance dans la maison…Malgré le désir de chacun de rencontrer l’autre et de partager avec lui l’un ou l’autre repas ou moment d’échange, force est de constater que la prudence, la distance à conserver, les quarantaines à respecter, le masque ont freiné voire empêché plusieurs initiatives et notamment nos repas de fête. Espérons que cette adaptation nécessaire depuis deux ans ne laissera pas trop de traces et que la maison sera à nouveau un lieu d’échanges, de convivialité, de joie partagée.

L’hiver n’est pas encore terminé mais heureusement, le printemps arrive et les signes avant -coureurs de sa venue sont déjà là.

Les légumes d’hiver continuent à grossir tandis que certains arbustes ont gardé leur manteau d’hiver.

C’est qu’il gèle encore !

Cette année, les oiseaux ne sont pas venus ; sans doute avaient-ils de meilleures choses à manger chez les voisins…dommage ! Leur compagnie nous a manqué !

Cet hiver, nous avons redécouvert l’écorce du platane. Pendant des années, elle a été recouverte de lierre qui peu à peu asphyxiait l’arbre.  Coupé à sa racine il y a deux ans, il s’est décroché de lui-même, subitement, en une seule fois et s’est abattu sur le sol. Le platane peut enfin revivre….

Le noisetier revit lui aussi. Ses bourgeons sont spécialement beaux cette année.

jasmin d’hiver

Les fleurs sont apparues très tôt. Elles embellissent déjà certains coins du jardin.                                                       

Perce Neige
Primevère
Cyclamen d’extérieur

                    

Crocus

Comme tout le monde, nous attendons la belle saison pour reprendre le travail de la terre, cueillir les fleurs pour garnir la chapelle, ressortir les fauteuils de jardin et profiter du soleil.

Quand la chaleur sera revenue, bienvenue chez nous !

Sœur Monique Petit

3ème dimanche de l’Avent

Namur

Jean Baptiste renouvelle son appel à la conversion :

*préparer les chemins du Seigneur…

*rendre droits ses sentiers.

Jean Baptiste nous donne un mode d’emploi pour la conversion car Dieu veut habiter le cœur de l’homme. Pour cela, il convient qu’il   purifie son coeur et enlève ce qui l’empêche d’aimer Dieu de tout son être, et d’aimer son prochain, en actes et en vérité .

A tous, il demande de partager : nourriture, vêtements.
Ensuite, il interpelle différentes classes sociales :

*les publicains :ne pas prendre plus qu’il n’est exigé : en quelque sorte « rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

*les soldats : bannir la violence, se contenter de sa solde.

*Le peuple alors s ’interroge : « Qui est-il ? Serait-ce lui, le Messie ?

Jean Baptiste s’explique : il baptise dans l’eau et il annonce un « plus grand que lui » qui baptisera dans l’Esprit Saint.

Les lectures nous disent : « Il est proche. »

Il faut l’attendre en veillant dans la foi et dans la joie :

« Réjouis-toi, le Seigneur est en toi ;

« Chantez votre reconnaissance,

« Jubilez, car il est grand au milieu de toi.

Saint Paul suggère de transposer la joie dans la prière : ne craignez pas, mais priez et suppliez
Si nous agissons ainsi, alors :

« la paix gardera nos cœurs dans le Christ Jésus. »

D’après l’homélie du Père Cyprien

Notes prises par Sr Andrée Weynandt

2ème dimanche de l’Avent 2021

Si on priait…

Nous sommes en route vers la lumière que Dieu va nous donner.
Pour marcher, sans tomber dans les ravins ou heurter les cailloux, il
convient de garder notre lampe allumée.


C’est ce que Jean Baptiste appelle la conversion : c’est-à-dire extirper
de nos cœurs ce qui nous empêche de prier et d’aimer nos frères et
nos sœurs : la cupidité, l’orgueil, la démesure, l’arrogance, le
complexe de supériorité sans oublier les ravins et les chemins
tortueux dans lesquels nous pouvons nous égarer: le mensonge,
l’injustice, la corruption, l’inconduite etc…


Ainsi, nous dit Saint Paul, arriverons-nous à comprendre « la
tendresse de Dieu » et nous serons capables de discerner ce qui est
important » « afin d’être irréprochables pour le jour où le Christ
viendra. »

Inventons donc des chemins de fraternité pour que viennent la justice et la paix.

Homélie du Père Cyprien
Notes prises par Sr Andrée Weynandt

admin – Paroisse Notre-Dame de la Couture

1er dimanche de l’Avent

A l’écoute de la parole de Dieu…

1er dimanche de l'Avent année C

On se prépare à une fête : petits cadeaux, décorations…

Noël est pour beaucoup de personnes l’occasion de retrouvailles familiales, amicales, mais cette fête a perdu son sens premier.

4 semaines nous sont données pour bien nous y préparer.
Jésus parle de faits terrifiants. Aujourd’hui encore, nous vivons des situations traumatisantes : la pandémie du Covid, le dérèglement climatique, les inondations, les famines…

L’avenir est incertain… Jésus nous parle de la fin des temps.

lI importe de se « redresser » de ne pas se laisser alourdir par des soucis trop matériels de nourriture, de boisson, d’excès de tous genres, mais de : « Rester éveillé, de prier » afin d’éviter les tentations ;

Saint Paul suggère de demander : « que le Seigneur vous donne un amour de plus en plus intense et débordant. Vous avez appris comment plaire à Dieu … faites de nouveaux progrès. »

Le règne de Dieu :« Paix et joie dans l’Esprit Saint » Celui qui fait ainsi plaît à Dieu. »

Faisons de même dans nos familles, nos communautés, et cela en vue d’une même construction.

Que le Seigneur affermisse vos cœurs pour la venue du Seigneur dans la foi, l’espérance et l’amour.

Homélie du Père Cyprien – Notes prises par Sœur Andrée Weynandt

Jubilé de la province

Homélie de la messe de ce samedi 13 novembre 2021


Nous sommes réunies ici, pour rendre grâces avec sœur Marie Thérèse Béget et sœur Dorothée Nseya qui ont prononcé leurs vœux dans la congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Namur il y a 50 et 25 ans!

La réponse à l’appel de Dieu est une joie pour l’Eglise, une joie pour
la famille Notre-Dame.
Sœur Bernadette Colin a déjà rejoint la cité céleste, c’est avec elle
que nous rendons grâces pour la miséricorde divine.


Un mot résume la joie de ce jour : MERCI.
Merci à Dieu Trinité qui nous associe à son œuvre de salut et de vie.
Merci pour la confiance que Dieu nous accorde.
Merci pour la fidélité de Dieu exprimée dans les conseils
évangéliques. Pour suivre Jésus, il importe de renouveler notre oui,
chaque jour, soutenues par la communauté L’amour de Dieu nous
pousse à aimer chaque personne.
L’évangile de ce jour nous dit que les béatitudes sont le chemin de la
sainteté.
Merci pour le présent à vivre dans la joie et l’action de grâces.
Bien faire ce que nous avons à faire et remercier pour le bien réalisé
en redisant comme Sainte Julie : « Ah qu’il est bon le bon Dieu. ».


Notes prises par Sœur Andrée Weynandt

Sr Marie-Thérèse

A l’écoute de la parole de Dieu

La parole de Dieu nous accompagne  sous des formes diverses :

« Tous les jours de ta vie, tu observeras ces commandements. »
« Tu veilleras à mettre en pratique ce qui t’apporte paix et bonheur. »
« Tu aimeras le Seigneur ton dieu et tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Les lectures évangéliques de ce jour nous invitent à l’ouverture à
autrui par l’accueil, le dialogue, le partage du pain, et du vin qui
réjouit le cœur .
Les deux veuves présentées dans les textes évangéliques de ce jour,
donnent tout ce qu’elles ont pour vivre .
 Le prophète Elie, pourchassé comme un mendiant, s’adresse à une
inconnue très pauvre. Il fait confiance à la parole de Dieu en cette
période de sécheresse et il l’invite la veuve à lui préparer un repas
qu’elle lui préparera car elle aussi fait confiance à Dieu et à Elie,
l’homme de Dieu.

En référence à tout cela, Jésus nous dit :

« Cherchez d’abord le royaume de Dieu, le reste vous sera donné par surcroît. » 

« A chaque jour, suffit sa peine »

« Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, il prendra soin de vous. »

« Heureux les pauvres de cœur, le royaume des cieux est à eux. »


D’après l’homélie du Père Cyprien

Namur, le 8 novembre 2021
Notes prises par Sœur Andrée Weynandt

Fleurs D'automne De Belle Fleur De Chrysanthème Dans Le Jardin Banque  D'Images Et Photos Libres De Droits. Image 23353515.

Semaine de la mission universelle


« Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée trouvera en train de veiller. »


Un mot-clé de la parole de Dieu de cette semaine de la mission universelle,
c’est SERVICE: Jésus est venu pour servir et donner sa vie en rançon pour la
multitude. Ses disciples doivent avoir pour signe distinctif, leur disponibilité à
servir. Ils peuvent alors attendre la venue de leur Seigneur comme celle d’un
ami qui vient les combler de joie.
Avant de penser que nous « devons » servir, cela nous ferait du bien de nous
rappeler d’abord que le Christ ne nous appelle plus ses serviteurs, mais ses
amis (cf. Jn 15, 15). Il partage avec nous ses intentions, les désirs de son Père.
C’est lui qui nous invite et qui nous servira au banquet de son Père.
Ainsi Jésus se donne en modèle du serviteur. A la dernière Cène, nous avons
l’image du Christ qui se ceint la ceinture autour des reins et qui lave les pieds
de ses disciples. Il nous dit c’est un exemple que je vous donne afin que vous
fassiez vous aussi, comme j’ai fait pour vous (Jn 13, 15)


… Jésus a transformé l’eau en vin à Cana ; il a enseigné ses disciples ; il a guéri
les malades, il a corrigé les pharisiens, il a accueilli les enfants. Sa passion est
aussi une manière de servir, sa prière aussi.


… Servir est une manière de tenir sa lampe allumée, de persévérer dans
l’amour…C’est une manière lumineuse de parler au monde, sans parole, sans
violence.


Résolution : je serai heureux des occasions que j’ai de servir aujourd’hui et
j’essaierai de faire passer toute ma tendresse à travers ces services pour que
les autres se sachent aimés.


Dialogue avec le Christ : Lorsque je suis fatigué de servir, Seigneur, donne-moi
le désir d’aimer et d’exprimer mon amour. Donne-moi la joie de me savoir aimé
et servi, en premier par toi. Réveille en moi la gratitude et la tendresse.


Notes données par l’abbé Cyprien Tasa.
Sr Andrée Weynandt, Namur, 3 novembre 2021