Jubilé de la province

Homélie de la messe de ce samedi 13 novembre 2021


Nous sommes réunies ici, pour rendre grâces avec sœur Marie Thérèse Béget et sœur Dorothée Nseya qui ont prononcé leurs vœux dans la congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Namur il y a 50 et 25 ans!

La réponse à l’appel de Dieu est une joie pour l’Eglise, une joie pour
la famille Notre-Dame.
Sœur Bernadette Colin a déjà rejoint la cité céleste, c’est avec elle
que nous rendons grâces pour la miséricorde divine.


Un mot résume la joie de ce jour : MERCI.
Merci à Dieu Trinité qui nous associe à son œuvre de salut et de vie.
Merci pour la confiance que Dieu nous accorde.
Merci pour la fidélité de Dieu exprimée dans les conseils
évangéliques. Pour suivre Jésus, il importe de renouveler notre oui,
chaque jour, soutenues par la communauté L’amour de Dieu nous
pousse à aimer chaque personne.
L’évangile de ce jour nous dit que les béatitudes sont le chemin de la
sainteté.
Merci pour le présent à vivre dans la joie et l’action de grâces.
Bien faire ce que nous avons à faire et remercier pour le bien réalisé
en redisant comme Sainte Julie : « Ah qu’il est bon le bon Dieu. ».


Notes prises par Sœur Andrée Weynandt

Sr Marie-Thérèse

A l’écoute de la parole de Dieu

La parole de Dieu nous accompagne  sous des formes diverses :

« Tous les jours de ta vie, tu observeras ces commandements. »
« Tu veilleras à mettre en pratique ce qui t’apporte paix et bonheur. »
« Tu aimeras le Seigneur ton dieu et tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Les lectures évangéliques de ce jour nous invitent à l’ouverture à
autrui par l’accueil, le dialogue, le partage du pain, et du vin qui
réjouit le cœur .
Les deux veuves présentées dans les textes évangéliques de ce jour,
donnent tout ce qu’elles ont pour vivre .
 Le prophète Elie, pourchassé comme un mendiant, s’adresse à une
inconnue très pauvre. Il fait confiance à la parole de Dieu en cette
période de sécheresse et il l’invite la veuve à lui préparer un repas
qu’elle lui préparera car elle aussi fait confiance à Dieu et à Elie,
l’homme de Dieu.

En référence à tout cela, Jésus nous dit :

« Cherchez d’abord le royaume de Dieu, le reste vous sera donné par surcroît. » 

« A chaque jour, suffit sa peine »

« Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, il prendra soin de vous. »

« Heureux les pauvres de cœur, le royaume des cieux est à eux. »


D’après l’homélie du Père Cyprien

Namur, le 8 novembre 2021
Notes prises par Sœur Andrée Weynandt

Fleurs D'automne De Belle Fleur De Chrysanthème Dans Le Jardin Banque  D'Images Et Photos Libres De Droits. Image 23353515.

Semaine de la mission universelle


« Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée trouvera en train de veiller. »


Un mot-clé de la parole de Dieu de cette semaine de la mission universelle,
c’est SERVICE: Jésus est venu pour servir et donner sa vie en rançon pour la
multitude. Ses disciples doivent avoir pour signe distinctif, leur disponibilité à
servir. Ils peuvent alors attendre la venue de leur Seigneur comme celle d’un
ami qui vient les combler de joie.
Avant de penser que nous « devons » servir, cela nous ferait du bien de nous
rappeler d’abord que le Christ ne nous appelle plus ses serviteurs, mais ses
amis (cf. Jn 15, 15). Il partage avec nous ses intentions, les désirs de son Père.
C’est lui qui nous invite et qui nous servira au banquet de son Père.
Ainsi Jésus se donne en modèle du serviteur. A la dernière Cène, nous avons
l’image du Christ qui se ceint la ceinture autour des reins et qui lave les pieds
de ses disciples. Il nous dit c’est un exemple que je vous donne afin que vous
fassiez vous aussi, comme j’ai fait pour vous (Jn 13, 15)


… Jésus a transformé l’eau en vin à Cana ; il a enseigné ses disciples ; il a guéri
les malades, il a corrigé les pharisiens, il a accueilli les enfants. Sa passion est
aussi une manière de servir, sa prière aussi.


… Servir est une manière de tenir sa lampe allumée, de persévérer dans
l’amour…C’est une manière lumineuse de parler au monde, sans parole, sans
violence.


Résolution : je serai heureux des occasions que j’ai de servir aujourd’hui et
j’essaierai de faire passer toute ma tendresse à travers ces services pour que
les autres se sachent aimés.


Dialogue avec le Christ : Lorsque je suis fatigué de servir, Seigneur, donne-moi
le désir d’aimer et d’exprimer mon amour. Donne-moi la joie de me savoir aimé
et servi, en premier par toi. Réveille en moi la gratitude et la tendresse.


Notes données par l’abbé Cyprien Tasa.
Sr Andrée Weynandt, Namur, 3 novembre 2021

Communauté de Namur

Jour de fête chez nous, ce lundi 25 octobre 2021.

Répétitions de chants, décorations, mises au point du programme de la journée, nous étions prêtes, pour offrir un merci à notre équipe locale « sortante » : Sœur Pauline Matebo, Sœur Saint Jean Schutz, Sonia Trussart et rendre grâce pour l’engagement et le travail accompli, au cours de 6 dernières années, pour le bien de la communauté et de ses membres.

Sonia, Soeur Saint-Jean et Soeur Pauline

Bienvenue à Sœur Christiane Houet qui va remplacer Sœur Pauline au sein de l’équipe. Sonia et Sœur Saint-Jean continueront à servir la communauté.

Andrée Weynandt

Nouvelles de nos sœurs au Pérou

Ce vendredi 25 septembre, à l’occasion de l´anniversaire des 25 ans de fondation du réseau de nos écoles Foi et Joie (35 petites écoles – 2 au niveau secondaire, 16 au niveau maternel, 17 au niveau primaire soit 3000 élèves au total – réparties dans 22 villages distants de 30 km aux alentours de Tambogrande),  nous avons reçu la visite du directeur national de ce mouvement d´éducation populaire pour les pauvres des lieux les plus abandonnés du pays.

La matinée a commencé par la distribution de 180 tablettes aux enfants de 5 de nos écoles. Des protocoles avaient été mis en place pour éviter la contagion du covid 19. Voici déjà 2 ans que nos élèves n´ont plus eu l´occasion de venir à l´école et reçoivent les cours sur le seul gsm de la famille.  Ceci est très compliqué, vu que les familles ont plusieurs enfants et que le papa prend souvent le gsm avec lui pour aller au travail. Les enfants prennent  contact avec chacun de leurs professeurs uniquement au retour du papa, ce qui oblige les professeurs  à travailler jusqu’à 9h ou 10h du soir. Grâce aux tablettes, ils vont pouvoir améliorer énormément leur apprentissage scolaire.

A cette cérémonie étaient aussi présents le directeur local de l´unité de gestion d’éducation du gouvernement et notre bourgmestre. Celui-ci a reconnu la qualité et l’efficacité de nos écoles et a promis son aide pour soutenir nos projets. Notamment

  • pour financer la construction du local de notre programme d’éducation de base pour les adultes n´ayant pas terminé leurs études primaires et secondaires
Surveillance des travaux de l’ONG belge
ONG Opération Monde Nouveau, Octobre 2021
  • pour installer des antennes dans les villages où nous avons nos écoles afin que les élèves aient accès à internet
  • ainsi que pour l´achat du matériel nécessaire
  • et enfin pour garantir le salaire temporel d´une infirmière qui fera le nécessaire pour détecter  les cas d’anémie et de dénutrition chronique chez nos élèves.
La cérémonie a été suivie par l´inauguration des toilettes construites par la municipalité.
La cérémonie a continué avec une donation de plusieurs plantes ornementales qui amélioreront notre prise de conscience  sur l´importance de prendre soin de la nature

Ce geste symbolique sera suivi dans le futur par la remise de plantes pour chacune de nos écoles ; cela sera aidant pour prendre en compte la beauté de l´environnement.

Ensuite, avec notre équipe de travail et nos invités, nous nous sommes retrouvés pour un repas en commun. Celui-ci a favorisé les conversations et le dialogue avec nos autorités autour du thème de l´éducation et de l´importance du travail en collaboration.

La date officielle de la fondation du réseau de nos écoles est le 28 décembre. Ce jour-là, nous célèbrerons une eucharistie d´action de grâce de façon virtuelle.

Soeurs Marleny Bardales Raymundo et Marie Laure Bentz

Sœur Marie-Laure

Balade contée à Jumet

Les Journées du PATRIMOINE à Jumet (11 et 12 septembre 2021) nous donnent l’occasion de découvrir une autre facette de notre charisme de Sœurs de Notre-Dame : construction de la « Maison Commune » par la créativité  déployée par Jumet.bio.

Pour illustrer l’histoire de notre site, Jacky Druaux, envoyé par la Maison du Conte de Charleroi, anime une balade contée.

Sur un ton joyeux, avec clarté et dynamisme, notre conteur conduit le groupe d’une vingtaine de personnes, à l’extérieur des bâtiments. Nous marchons vers l’Ecole, dans la prairie où se trouve la statue de sainte Julie.

Notre Fondatrice y a puisé de l’eau lors de ses visites à Jumet. Bon départ pour lire des extraits des annales, sur l’arrivée des 2 premières sœurs  venues d’Amiens le 21 mars18O8. Lecture vivante, avec gestes de  circonstance.

Le groupe est aussi intéressé par les paraboles, composées par notre guide.

A l’entrée du bâtiment, 4, rue Frison, par un commentaire détaillé, le guide nous révèle la beauté artistique de ce parvis du XIXe ; il nous invite à regarder la statue de  la Vierge et l’Enfant qui se dresse au-dessus de la façade, datant de 19O5. « Notre-Dame, c’est votre Ecole », nous dit-il avec conviction.

Nous continuons notre visite en direction de la Fermette. Achetée par la Communauté, en 1882, cette ancienne maison agricole devient une étable et sert de poulailler jusqu’en 1978. Dès lors, elle est transformée en maison rustique, pour recevoir des familles et des amis des sœurs. En 2021, cette fermette devient la maison des enfants en stages de vacances sous la houlette de « Ecoline et Caracolle ».

Le conteur nous rassemble ensuite sous le hêtre, non  loin de la chapelle Mère Julie.

Il capte notre attention par des gestes  énergiques : inviter les enfants à participer en tenant le mètre ruban qui permet de découvrir la circonférence de cet arbre et son âge.

Il  approche des 18O années d’existence.  Ensuite, il ramasse une feuille jaunie, tombée dans l’herbe. Le conteur lui parle : «  Que fais-tu là ? » Et la feuille de répondre : «  Je suis en fin de vie,  mais je ne suis pas morte, je vais produire de l’humus et continuer à nourrir la terre qui portera du fruit ».

Parcourant le projet de permaculture dans notre parc, le guide nous invite à regarder la mandala (potager en forme de cercle), la spirale aromatique en construction, le rucher et plus terre à terre le maraîchage (les potirons).  

Le conteur synthétise cette Balade contée en nous disant : « La culture (éducation) et l’agriculture   (travail de la terre)  sont en pleine harmonie avec la spiritualité des Sœurs de Notre-Dame. »

Cette réflexion suscite le désir de s’arrêter, devant l’exposition des panneaux où des photos, anciennes et nouvelles, illustrant  l’historique de la Maison de JUMET, fondée par Mère Julie et Mère Saint-Joseph en18O8. Exposition réalisée par Anne-Catherine Bioul, historienne d’art à Espace-Environnement  (Charleroi).

MERCI  Monsieur le CONTEUR !

Sœurs Cécile JORDAN-Suzanne DE MEERSMAN

24 septembre 2021

Nouvelle équipe provinciale

Namur 8 septembre 2021
Clair matin de septembre, notre maison s’éveille.
Les sœurs de Namur, de Jumet, de Thuin, de Cuvilly, de Fleurus, unies
à toutes les sœurs absentes, et les membres laïcs au service de La
Province, ont participé à l’Eucharistie de la Nativité de la Vierge
Marie.
L’homélie du Père Aubert SJ invite les participants à « marcher avec
Marie
, la première en chemin elle qui nous entraîne à risquer notre
vie aux imprévus de Dieu
« .

Sr Pauline accueille sr Monique-Marie dans la nouvelle équipe provinciale.

Dans la salle provinciale, chacune peut exprimer sa reconnaissance et
son soutien aux membres de l’équipe sortante, et à la nouvelle
équipe.

La fête continue dans notre réfectoire où nous attend l’apéritif et un barbecue festif préparé avec brio par notre Chef Cuisinier.
Texte écrit par Sœur Andrée Weynandt

Sr Pascal-Marie Promme, Sr Suzanne De Meersman et la nouvelle équipe: Sr Pauline Matebo, Sr Dorothée Nseya et Sr Monique-Marie Petit
Sr Dorothée Nseya, Sr Monique-Marie Petit et Sr Pauline Matebo dans le jardin de la maison mère de Namur (8 septembre 2021)

WE des 11-12 septembre à Namur et Jumet

Cette année, le thème des Journées du patrimoine mettait à l’honneur les femmes. Quelle belle occasion de parler des Sœurs de Notre-Dame et de leur mission!

Au centre Sr Suzanne De Meersman et à droite Sr Georgette Toisoul

A Jumet, les balades contées dans le parc de JumetBio ont rencontré un grand succès. Le conteur très sympathique et relax a introduit avec humour quelques légendes et quelques notions sur la nature, comme l’âge du hêtre ( + de 160 ans) en mesurant la circonférence. A côté de cela, Anne-Catherine Bioul de Espace & environnement de Charleroi a monté une exposition pour présenter les Sœurs de Notre-Dame et rappelé dans quel contexte elles sont arrivées en 1808 pour remplacer les Filles de la Providence qui avaient une petite école pour les enfants pauvres.

C’est d’ailleurs en 1808, à Jumet, que Mère Julie rencontre le dernier prieur du monastère d’Oignies dont le Frère Hugo a réalisé des reliquaires et phylactères de toute beauté au début du XIIIème siècle.

A Namur, les sœurs de Notre-Dame et la Société archéologique de Namur se sont associées pour faire découvrir l’histoire fabuleuse de ce Trésor d’Oignies. Sauvé de justesse au moment de la Révolution française, ce Trésor du Moyen Age a été confié aux sœurs par le dernier prieur d’Oignies. C’est en 1818 que Mère St-Joseph l’accueille à Namur. Considéré d’abord comme objet de culte, les sœurs se rendent vite compte de la valeur patrimoniale de ce Trésor, aujourd’hui considéré comme l’une des sept merveilles de Belgique. Plusieurs femmes en particulier se mobilisent. Après les bombardements du couvent, Mère Monica décide d’ouvrir le Trésor au public et plusieurs religieuses très compétentes se chargent de l’accueil des visiteurs venant du monde entier.
Pour ces femmes engagées dans l’éducation, c’était l’occasion d’enseigner le beau à travers l’art et de partager leur foi. Au travers de documents d’archives et de témoignages personnels, les visiteurs ont pu découvrir l’implication des sœurs dans la préservation de ce Trésor. Un spectacle d’ombres chinoises sur Julie Billiart a également ravi les familles.

Femmes & Patrimoine

NAMUR et JUMET

A Namur: Le destin d’un Trésor, des sœurs, une histoire

La Société archéologique de Namur, en partenariat avec les sœurs de Notre-Dame, vous invite à découvrir l’histoire tumultueuse du Trésor d’Hugo d’Oignies, de sa création jusqu’à son exposition au TreM.a. au travers d’une expérience immersive et de témoignages personnels laissés par les sœurs.  


A la Société archéologique (Rue de Fer 35, 5000 Namur), vous pourrez découvrir des facettes inédites de ce trésor considéré comme l’une des sept merveilles de Belgique, au travers de documents d’archives, de théâtres d’ombres et d’une expérience immersive.

  • De 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00 : Parcours immersif en accès libre
  • 11h45 et 16h15 : Théâtre d’ombre pour les 6-12 ans (et les adultes qui le souhaitent !) : un spectacle d’ombres chinoises sur l’histoire du Trésor
    (Inscriptions obligatoires : 081/840.200)

Ce circuit vous emmènera ensuite au Centre d’héritage des  sœurs de Notre-Dame (17 rue Julie Billiart, 5000 Namur), gardiennes du Trésor pendant 200 ans. Au détour d’une visite guidée et de témoignages personnels, elles vous feront découvrir quelques portraits de Sœurs qui se sont impliquées dans la préservation et la valorisation du Trésor d’Oignies lors de sa première exposition au public.

  • De 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00 : Accès libre
  • 10h00 et 14h30 : visite guidée sur le thème: « les SND, gardiennes du Trésor d’Oignies pendant 200 ans »
  • 11h00 et 15h30 : Spectacle d’ombres chinoises sur l’histoire de Julie Billiart et la congrégation
    (Inscriptions obligatoires: 0497/27 95 57 ) 

Découvrez notre programme en cliquant ici.

A Jumet: une ferme urbaine du futur dans le domaine des Sœurs de Notre-Dame

Ce domaine, joyau historique et écologique, s’apprête à un nouveau destin tourné vers l’agriculture urbaine raisonnée et solidaire, porté au travers du développement d’une association, dont une jeune femme assure la présidence. Une filiation à travers les femmes. Ce magnifique écrin de verdure sera le théâtre en plein air de multiples activités autour du « récit des sœurs, depuis leur arrivée à Jumet-Chef-Lieu en 1808, et la fondation d’un couvent et pensionnat. Aujourd’hui, l’école Notre-Dame atteste, avec ses façades monumentales et sa chapelle datant du début du 20ème siècle, du rôle important des sœurs de Notre-Dame, tant sur le plan éducatif que socio-économique.

2B, Rue Borfilet, 6040 Jumet

  • Samedi et dimanche de 11h à 17h30
  • Ateliers, balade contée dans le parc le samedi à 11h, 14h et 16h et exposition

Infos: 0473/63 08 95 ou jumet.bio@protonmail.com

400 ans de l’église Saint-Loup à Namur

Ce 31 juillet 2021, la fête de Saint Ignace de Loyola fut célébrée de façon très particulière en l’église Saint Loup de Namur. En effet, le 8 août 1621 fut posée la première pierre de cette église dédiée à Saint Ignace de Loyola au service du collège jésuite attenant.  Cet édifice remarquable de style baroque fut desservi par les jésuites jusqu’en 1773, date de leur suppression. C’est ainsi que bientôt elle devint paroissiale sous l’appellation de Saint Loup.  

Donc ce jour de fête et de commémoration les jésuites, leurs nombreux amis, collaborateurs ou sympathisants étaient rassemblés pour une belle Eucharistie festive (durant laquelle 3 pères jésuites étaient spécialement entourés car ils célébraient leurs 50 ans de jubilé sacerdotal).

L’émouvante homélie donnée par le supérieur de la communauté évoquait les 500 ans de la bataille de Pampelune durant laquelle Ignace fut gravement blessé pas seulement physiquement mais surtout touché par le Saint Esprit qui le guida dans sa décision radicale de suivre le Christ. Les lectures bibliques et les chants reflétaient ce choix d’Ignace et de ses nombreux compagnons de « vivre en serviteurs à la plus haute Gloire de Dieu ».

Oui ,serviteurs en tous lieux pour l’amour de cet homme qu’on appelle Jésus ,comme nous l’avons chanté est une réalité de ces consacrés qui œuvrent partout dans le monde et qui destinaient la collecte de ce jour pour les besoins les plus urgents

  • en RDC
  • au Liban et
  • plus près de nous en faveur des sinistrés des inondations comme pour les pauvres de la ville à travers l’ASBL « L’escholle dominicale pour les pauvres ».

C’est dans la cour de cette ASBL que nous étions conviés au verre de l’amitié et ce fut pour nous, Sœurs de Notre Dame, l’occasion de nous rappeler avec gratitude notre lien particulier avec les jésuites et les Sœurs de Sainte Marie de Namur en matière d’éducation des plus pauvres de l’époque post- révolutionnaire.

Relisons dans l’histoire de la vénérée Mère Saint Joseph (Téchy-Tomme). L’année 1820 s’ouvrit joyeuse et bénie pour la maison-mère.

« Les administrateurs du bureau de bienfaisance vinrent offrir aux sœurs de Notre-Dame la direction de l’école dominicale pour les filles et aux frères des Ecoles chrétiennes pour les garçons.  Celle-ci avait pris naissance en 1647 lorsque Madame de Ruplémont légua le tiers de son immense fortune aux pauvres, notamment pour l’instruction de la doctrine chrétienne dans « l’école dominicale »  par les Pères de la Compagnie de Jésus.

Portail et inscription de l' »école dominicale »

Si vous en avez l’occasion poussez la porte vous y rencontrerez beaucoup de services répondant aux besoins actuels qui ont été largement étendus par un prêtre ami des plus pauvres l’abbé Malherbe si connu à Namur : la petite buwée (lieu d’hygiène corporelle)  la distribution de repas , l’école des devoirs ,et même des appartements pour des SDF … Et si vous le pouvez présentez-vous comme bénévoles. 

Pour nous, Sœurs de Notre Dame rappelons-nous notre charisme et les pauvres des lieux le plus abandonnés sont aussi à notre porte.  Merci à toutes les sœurs qui en gardent le souci actif.

Sœur Christiane Houet, août 2021