1804-2019

Namur – Fête de la Présentation de Jésus au temple – 2 février 2019

Cette date nous est chère car c’est l’anniversaire des premiers vœux de Julie Billiart, Françoise Blin de Bourdon et Catherine Dûchatel.  Cette année, notre congrégation fête les 215 ans de sa fondation!

La veille, sœur Pauline Matebo s’est rendue à Champion où elle a assisté, avec de nombreux représentants et représentantes de congrégations religieuses, à une prière, en présence de notre évêque Monseigneur Rémi Van Cottem.

En union de cœur et d’esprit, ce même jour, la communauté de Namur s’est rassemblée, dans notre « Centre d’Héritage », unie de cœur et d’esprit à nos fondatrices et à toutes celles qui nous précédées.

Le lendemain, neige et pluie nous ont accompagnées. Jour gris, terne. La lumière a cependant brillé dans les cœurs des sœurs présentes, déplorant l’absence de nos sœurs de Jumet et de Fleurus que les caprices de la météo ont retenues chez elles.

Sœur Pascal-Marie Promme, les trois sœurs de Cuvilly, les deux sœurs de Thuin et notre communauté ont représenté la Province, au cours de la messe solennelle, et du repas de fête.

Un chant à Sainte Julie a clôturé cette belle journée.

Qu’avec elle, nous laissions grandir en nous le grain de vie et d’amour semé dans nos cœurs

Que Dieu nous soutienne, qu’il nous donne force, courage, audace pour être, à l’exemple de Julie, semence d’amour pour tous nos frères et sœurs .

Sr Andrée Weynandt, Namur, 2 février 2019.

Foi et Lumière

FOI ET LUMIÈRE parole du mois – Cuvilly, Janvier 2019

Des communautés accueillantes:
Faisons éclater et rayonner les communautés qui sont ankylosées, sclérosées ou encroûtées. Chaque membre de la communauté reçoit, dans une boîte fermée ce message: « Tu es la raison d’être de la communauté Foi et Lumière ». Cela nous aidera à comprendre comment ouvrir notre cœur, ouvrir notre communauté.

Réflexion
– Pourquoi, dans la communauté, sommes-nous réticents aux changements, aux nouveautés?
– Pourquoi nous n’accueillons pas ceux qui ne partagent pas nos croyances?
– Sommes-nous prêts à écouter quelqu’un qui ne pense pas comme nous?
– Quelles sont nos excuses pour ne pas ouvrir les portes de la communauté?
– Comment réagis-tu quand on te demande quelque chose alors que tu es occupé?

Sœurs de Cuvilly, 20 janvier 2019

Partage avec une famille musulmane

Pour fêter Noël, la communauté de Namur accueille une famille musulmane.

Le 27 décembre 2018, la famille musulmane, Hamouda, répond à notre invitation : venir vivre le partage de Noël avec notre communauté au complet.

Cette famille connait notre maison puisqu’elle vient suivre des heures de français avec une sœur et même parfois deux sœurs.

Cette famille est arrivée de Libye voici 2 ans après y avoir été réfugiée plus de 30 ans.  Originaire de la Palestine, elle n’avait jamais eu de passeport libyen.  Sans nationalité, les enfants n’avaient pas d’avenir.  De plus, la Libye est devenue un pays sans loi, ni gouvernement depuis la mort de Khadafi; la vie est devenue impossible : les enfants ne pouvaient plus se rendre à l’école sans être protégés par des hommes armés.  Les hommes vivent avec des armes et tout ce qui appartient à l’un est convoité par l’autre même s’il faut tuer.  On ne vit plus en sécurité ; les armes ont pris le pouvoir.  Alors, les parents décident de quitter le pays et paient pour faire la traversée sur les fameuses embarcations.

Un jour de Noël, les parents décident de faire un trait sur leur avenir pour sauver celui de leurs 5 enfants. Après une traversée périlleuse, ils arrivent tous en vie en Italie et demandent leur entrée en Belgique.

Tous protégés par Dieu, comme ils aiment dire, ils sont d’abord accueillis à Bruxelles, le temps de traiter leur dossier.  Les formalités terminées, leur dossier de réfugiés politiques est accepté et ils sont hébergés à Hotton pour quelques mois.

Là, ils se lient avec une famille de personnes âgées qui restent encore leurs amis aujourd’hui. 

Ils s’installent enfin à Sambreville

Les enfants sont tous scolarisés, les parents se forment au français et souhaitent s’intégrer dans le pays où ils ont trouvé la paix et l’accueil.

Leur plus grand bonheur serait de pouvoir travailler pour rendre à leur pays d’adoption un peu de ce qu’ils y ont trouvé.

Lorsqu’on discute avec eux, ils affirment n’avoir pas rencontré le racisme dans les endroits où ils sont passés.

Aujourd’hui, ils sont en attente de la nationalité belge.  Madame, sage-femme, espère trouver un emploi d’aide soignante dans une maison de repos et Monsieur reprendre des cours de mathématiques à l’université ; la fille aînée, après avoir réussi le jury central se prépare à la pharmacie, les 2 autres sont en secondaire et les 2 plus jeunes en fondamental.

Nous avons rencontré une famille musulmane très pratiquante et ouverte sur notre religion qui s’est sentie à l’aise chez nous.

Après un repas partagé, Madame et les enfants ont fait le service avec les sœurs et Monsieur nous a dit « je me sens de votre famille ; nous nous retrouverons tous chez nous au printemps pour un repas familial ».

L’expérience prouve que les préjugés tombent lorsqu’on prend le temps de se découvrir et d’entrer dans la culture de l’autre !

Sr Marie-Thérèse Béget, Namur, 18 janvier 2019.

Notre supérieure générale à Namur et Cuvilly

C’est toujours une chance et une joie pour nous, d’accueillir visiteurs et visiteuses.

Depuis le 9 de ce mois, Sœur Teresita Weind, notre modératrice générale, nous a fait la joie de partager notre vie, pendant quelques jours.

Sr Teresita et sr Christiane, coordinatrice du centre d’héritage à Namur

Le but de sa visite concernait le « Centre d’ Héritage » à Namur. 

Cependant, nos malades, notre centenaire résidant à Jumet (Sœur Agnès Girretz) et d’autres sœurs en maison de repos comme Sœur Jeanne-Emmanuel Pairon en séjour illimité chez les Sœurs de la Charité ont eu également la joie de la rencontrer.

Demain, ce sera le tour de Cuvilly; les trois sœurs congolaises qui ont repris notre belle mission dans la Picardie natale de notre fondatrice, se réjouissent de sa venue toute proche.

A l’aube du mercredi 16 janvier, Sœur Teresita nous quittera pour rejoindre Rome avant de s’envoler au Brésil où l’attendent une autre mission et d’autres sœurs de Notre-Dame.

Quant à nous, ses hôtes, habitantes de la maison mère, nous la remercions pour sa calme présence, sa discrétion et son écoute.

A bientôt, Sœur Teresita et bonne route ! Que le Seigneur vous accompagne.

Sr Andrée Weynandt, Namur, 14 janvier 2019.

Sr Agnès fête ses 100 ans!

JUMET en fête !

Sr Agnès a longtemps assuré l’accueil au téléphone à Jumet

Sœur Agnès Girretz a célébré son 100ème anniversaire. Elle est née le 4 janvier 1919, et ce même jour, un siècle plus tard, une délégation communale a marqué l’évènement par sa présence, un discours et un cadeau.

Le lendemain, malgré la grisaille, plusieurs sœurs de la Province, de nombreux membres de sa famille, la communauté de Jumet et leur médecin, se sont rassemblés pour fêter la doyenne, la féliciter pour sa vaillance, son humour et sa joie de vivre.

D’un seul cœur lui avons-nous chanté : « On n’a pas tous les jours 100 ans ! »

Comblée de cadeaux, émerveillée d’une assistance aussi nombreuse, notre jubilaire a gardé tout au long de l’après-midi , son bon sourire, remerciant chacun et chacune, rendant grâces au Seigneur pour les bienfaits reçus au cours d’une longue vie bien remplie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sr Andrée Weynandt, Namur, 5 avier 2019.

Flash Back en 2018

Les lampes se sont éteintes, la fête est terminée, mais la lumière des mages reste dans notre cœur.

Les souvenirs aussi, et en particulier, la journée de récollection présidée par Monseigneur Warin au début du mois de décembre.

« Jésus, nous a-t-il rappelé, était souvent en PRIERE : prière de jubilation, prière pour l’apôtre Pierre, prière au jardin des Oliviers, prière de pardon accordé au bon larron, prière d’abandon entre  les mains du Père. »

Jésus nous a enseigné à prier : la prière est « anémone » exposée au grand vent de Dieu.
Nous le prions avec confiance, comme le ferait un enfant, avec son « papa » (Abba a cette signification en araméen )

Des souhaits  sont exprimés dans la première partie de la prière et mis en valeur par l’emploi du subjonctif.

Que ton règne vienne…

Que ta volonté soit faite…

Elle devient exigence, imploration, dans la seconde partie: 

Donne-nous…

Pardonne-nous…

Nous pouvons, dans notre prière, exposer nos difficultés personnelles  et celles de tous ceux qui sont dans le besoin : les malades, les souffrants de ce monde. C’est ainsi que se réalisera le règne de Dieu, règne d’amour.

« Seigneur, mon cœur est bien petit, ma capacité d’aimer est bien petite, viens aimer en moi ! »

Alors, au lieu de faire du bien, nous ferons des miracles ! Cf 2 Cor. 12, 9 car « la puissance de Dieu donne toute sa mesure dans la faiblesse. »

D’après les notes prises par Sœur Marie-Rose Lepers.

Sr Andrée Weynandt, Namur, 7 janvier 2019.

Noël à Cuvilly

Voici quelques images de notre célébration de Noël avec le groupe
Foi et Lumière (communauté de personnes ayant un handicap mental et physique, de leurs familles et amis (enfants et adultes) qui se retrouvent régulièrement dans un esprit chrétien pour partager leur amitié, prier ensemble, fêter et célébrer la vie).  Nous avons fêté Noël les 16 et le 25 décembre 2018. 

Les Sœurs de Cuvilly, Décembre 2018.