Pèlerinage à Cuvilly

Malgré la crise sanitaire, nous avons organisé un pèlerinage pour fêter sainte Julie le 13 mai. Nous étions les trois sœurs de la communauté de Cuvilly: Sr Dorothée, Sr Adrienne et Sr Justine.

Dimanche 17 mai, nous étions 3 Sœurs et 3 chrétiens qui représentent tous les chrétiens et amis de Julie qui auraient dû être là à Cuvilly pour le grand pèlerinage annuel.

Nous avons essayé de faire de notre mieux pour marquer cette journée. Ce pèlerinage a eu lieu à partir de notre chapelle jusque dans l’oratoire de Sainte Julie où nous avons présenté toutes nos sœurs de Notre Dame de Namur à Sainte Julie et les 3 chrétiens ont présenté aussi leurs intentions pour tous les chrétiens et amis de Sainte Julie. Sr. Dorothée Nseya

Gembloux en confinement

La vie s’est arrêtée partiellement à Gembloux comme partout ailleurs en Belgique depuis la mi-mars. Partiellement , bien sûr  car nous continuons à vivre et pour certains à travailler mais autrement.
Depuis février, nous étions 4 dans la maison: un chinois, un béninois, une française et moi. Mi-mars, nous avons accueilli une religieuse congolaise étudiante à Lumen Vitae  dont le logement était isolé dans le village de Meux, sans bus ni commerces.

Les doctorants et les étudiants continuent leurs recherches et leurs cours via internet, les laboratoires et les salles de cours étant fermés.

La vie communautaire continue avec les précautions d’usage; le repas commun du samedi soir a été maintenu – une petite table est venue agrandir la principale- et nous continuons à goûter les saveurs du  pays des locataires.

Le jardin permet à chacun de respirer et de se détendre à son aise: nous avons de la chance… Le printemps est bien là et le jardin se transforme peu à peu… grâce aux fleurs qui s’épanouissent et au potager qui prend forme…

Nous espérons toutefois retrouver une vie plus normale assez rapidement…comme tout un chacun.
Patience !

Sr Monique-Marie Petit

Nouvelles des sœurs de Jumet et Namur pendant la pandémie

Sr Marie-Rose Lepers, 22 avril 2020

LE CORONAVIRUS ENVAHIT NOS VIES MONDIALEMENT

Nous prenons de plus en plus conscience chaque jour que nous appartenons à une communauté humaine dans une communauté mondiale souffrante, unie par un virus dévastateur! L’invasion de COVID-19 nous a séparés et unis!

La distance sociale nous sépare physiquement mais nous fait expérimenter au plus profond de nos êtres intérieurs notre besoin essentiel les uns des autres. Les familles s’adressent à d’autres proches pour assurer leur sécurité et leur bien-être. Nos sœurs et associés à travers les continents et les océans se répondent par courrier électronique sur First Class, se rencontrent sur Skype, Zoom, WhatsApp, Facetime, etc. Nous continuons de prier pour toutes nos soeurs, nos associés, nos familles, amis, collaborateurs dans nos ministères et dans notre monde plus large!

Nous savons tous qu’aucun pays, ni politicien, ni chercheur, ni médecin ni infirmier – personne n’a de réponses spécifiques pour résoudre cette crise sanitaire mondiale. Le nombre de malades continue à augmenter et il y a de plus en plus de décès! Certaines d’entre nous demandent: où est notre bon Dieu dans cette affreuse crise humaine mondiale et ce besoin?

Sainte Julie Billiart nous rappelle: « Priez, priez, tout s’obtient par la prière. »

A Jumet comme à Namur, nous sommes privilégiées d’avoir un grand bâtiment et des jardins (Namur) – un parc (Jumet). A la chapelle et dans les locaux communs, il est facile de garder une distance raisonnable. RCF, la radio chrétienne francophone de France et de Belgique, et KTO, la télévision catholique française, nous offrent plusieurs temps de prière : offices, eucharisties, chapelet, ainsi que des conférences. Nous élargissons notre prière communautaire à celle de toute l’Eglise en France et dans le monde.

Les premiers jours à Namur, nous préparions des célébrations ; maintenant, après les laudes, nous suivons la messe à Lourdes à 10 h et nous communions. L’après-midi, celles qui le peuvent se retrouvent pour le chapelet de Lourdes. Le soir, nous prions les vêpres comme d’habitude.

Au jardin de Jumet, certaines se promènent, d’autres travaillent, soit pour enlever les feuilles mortes et permettre aux jeunes pousses de se développer, soit pour tailler des hortensias, des rosiers, soit pour planter les pommes de terre. Dans la galerie, en plein soleil, malgré la température basse à l’extérieur, les semis de tomates promettent ! Pour les potirons, potimarrons, courgettes, melons, il faut encore attendre quelques jours.

A Namur, à 20 h, la moitié de la communauté ouvre les fenêtres de la chapelle pour applaudir les médecins, infirmiers, le personnel des maisons de repos, les chercheurs, et tous ceux qui se dévouent au bien commun. Des voisins d’en face font la même chose, et nous faisons connaissance !

Réunion internationale des secrétaires – Ipswich

Ipswich, MA, Etats-Unis, 9-13 mars 2020

Pour la première fois dans l’histoire de la congrégation, une réunion des secrétaires provinciales a été organisée, avec l’équipe du leadership de la congrégation (CLT) et les responsables de l’administration générale (dont les bureaux sont à Rome, Namur et Ipswich) : secrétariat, archives, bureau des finances (CFO), bureau des communications (CMO), soutien à la mission, intranet (First Class), école virtuelle.   Les secrétaires venaient des Etats-Unis, d’Amérique latine, d’Afrique, d’Europe et d’Asie.  A cause du coronavirus, les invitées d’Italie et du Japon n’ont pas pu voyager ; elles ont suivi toute la session via la technologie Zoom Meeting, grâce à laquelle elles pouvaient nous voir, nous entendre, se faire voir et entendre.

La réunion s’est déroulée à Ipswich, jolie petite ville au bord de l’océan, dont plusieurs maisons en bois datent du 17e siècle.  

Le bâtiment, situé en retrait dans la forêt, a été construit en 1962 pour accueillir les nombreuses novices de l’époque.  Aujourd’hui, une cinquantaine de Sœurs de Notre-Dame de Namur y vivent ; s’y trouvent aussi les bureaux de la province SND US East-West, un centre de spiritualité ainsi que les bureaux de la congrégation : CMO, CFO et Support de la mission.

Le thème général était « en feu pour la mission ».  Les objectifs de la réunion étaient les suivants :

  • Rencontre et échange d’expériences entre secrétaires provinciales.
  • Rencontre du CLT et des responsables des services généraux : quelle joie d’associer des visages et des voix aux noms lus si souvent !
  • Rappel des responsabilités des secrétaires et apprentissage de techniques
  • Rêves et décisions : comment notre réseau peut-il faire avancer la mission de la congrégation ?

La réunion, très bien préparée, s’est déroulée dans un climat très fraternel. Le travail était intense. Prières, exposés soutenus par des projections, réflexions personnelles ou par tables, discussions où la parole de chacune était écoutée. Marie Felten, archiviste générale à Namur, avait préparé un exposé sur l’importance des archives depuis le début de la congrégation (pour Julie et Françoise), sur les meilleures pratiques de collecte des documents pour les archives et sur la mise en valeur du patrimoine des Archives provinciales et générale (exposition, articles dans revues, accueil des chercheurs, site internet avec lignes du temps, Centre d’héritage…).

Nous avons partagé la liturgie avec la communauté dans la très belle chapelle d’Ipswich et avons eu des soirées sociales dont l’une animée par les sœurs africaines nous a permis de rire et chanter !

En mettant l’accent sur le réseautage pour la mission, nous avons renforcé les liens entre nous ; le rassemblement nous a donné l’occasion de rencontrer, de partager et d’apprendre les unes et des autres.

Grâce à ce rassemblement, nous sommes unies dans notre ministère et intégrées dans les travaux de la congrégation !  Plus que jamais nous croyons dans la mission de Notre-Dame de Namur et nous sommes en feu avec son esprit !  Unies dans l’amitié et une cause commune, gardons allumé le feu de notre mission!

Sœur Marie-Rose Lepers, secrétaire de la province Belgique Sud/France et Marie Felten, notre archiviste générale, ont eu le plaisir de voyager ensemble avec Delta Airlines. Elles ont pu rentrer à temps ; trois jours en avance pour Marie qui avait prévu de visiter New York ; vu le progrès du coronavirus, elle a dû y renoncer.

7 février 2020: Ste Julie fêtée dans les écoles Notre-Dame

Quelque 150 participants ont rejoint la communauté éducative Notre-Dame à Namur le vendredi 7 février pour célébrer le 50ème anniversaire de la canonisation de Julie Billiart, fondatrice de la congrégation et de nos écoles.

Préparation de l’événement à l’ESND de Namur

Depuis mai dernier, les écoles Notre-Dame de Belgique ont été invitées par le groupe ASSOEC ND (Association des Ecoles Congréganistes) de la province Belgique Sud/France à sensibiliser les enseignants et leurs élèves à l’anniversaire de la canonisation de sainte Julie. Un comité constitué de professeurs et d’éducateurs de quelques écoles s’est réuni régulièrement avec Sr Marie-Thérèse Beget, Sr Christiane Houet, responsable du Centre d’Héritage, Mme Felten, archiviste générale et Sr Monique Petit.

Très vite, des décisions ont été prises par ce comité : créer une page Facebook pour permettre à tous d’être informés des activités en cours ; choisir la fleur de tournesol pour faire le lien entre les activités et fixer la date du 7 février pour le rassemblement des adultes et des jeunes à Namur. L’objectif de cette journée serait de permettre à tous de se rencontrer, d’apprendre à se connaître et de se sentir partie intégrante de la grande famille Notre-Dame belge mais aussi internationale.

Restait à mettre tout cela en œuvre dans les écoles qui le souhaiteraient… Les projets s’élaborent, la créativité est au rendez-vous et les nouvelles initiatives sont partagées à chaque réunion du comité organisateur qui s’agrandit de rencontre en rencontre.

C’est des 4 coins de la Belgique que les participants sont arrivés le 7 février : les écoles de Gand et de Berchem en Flandre ; celles de Saint-Hubert, Marche, Bastogne, Arlon, Namur, Fleurus, Jumet, Charleroi et Thuin en Wallonie. Les réalisations des élèves d’Anderlecht et des écoles au Pérou sont projetées via un powerpoint diffusé en continu.

Institut Notre-Dame de Thuin

Chaque école disposait d’un stand où présenter à tous la réalisation des enseignants et de leurs élèves dans le cadre des 50 ans : maquette, cellule vidéo, panneaux divers, mise en scène de l’arrivée de Julie à Saint-Hubert, puzzle, pots de fleurs, jeu de l’oie etc…de quoi découvrir à travers le parcours d’un stand à l’autre les trésors de créativité et de réflexion de nos écoles Notre-Dame.

Durant toute la journée, Mme Felten et Sr Christiane ont donné à tous l’occasion de visiter le Centre d’Héritage et l’exposition relative au 50ième anniversaire de la canonisation.

La chorale des élèves de Saint-Hubert nous a permis de terminer la journée en célébrant sainte Julie une fois de plus. Au programme, des chants extraits du CD de sainte Julie, le nouveau chant « Une femme debout » créé pour l’année jubilaire par Théo Mertens et une hymne à la Vierge, le tout coupé par l’une ou l’autre réflexion introduisant le chant.

La célébration s’est achevée avec la chanson « Le Tournesol » de Nana Mouskouri pendant laquelle des petits sacs de graines de tournesol ont été remis à chaque participant. Graines à planter bien sûr mais aussi et surtout, invitation à devenir chacun, chacune, là où nous sommes, de petits tournesols constamment tournés vers le Beau, le Bon en nous et autour de nous pour le proclamer à la suite de Julie.

Chorale de l’école de Saint-Hubert

Merci à chacun pour sa participation, son enthousiasme, son désir d’aller de l’avant en attendant la prochaine occasion de nous retrouver à nouveau.

Sœur Monique-Marie PETIT

Les jeunes à Gembloux

« Depuis les dernières nouvelles envoyées sur le site de la province, plusieurs jeunes étudiants, stagiaires ou doctorants se sont succédés à Gembloux.
Après avoir brillamment défendu sa thèse, Fang est retournée en Chine rejoindre son mari et leurs deux enfants.

A l’avant plan : Zaneidou: A côté: Shi puis Laura dans le fonds. Sur le côté: Fang pour son dernier souper avec nous.

Fang a laissé sa chambre à un autre chinois : Shi est doctorant et travaillera à Gembloux jusqu’en octobre prochain. Son épouse, Zhu a vécu trois semaines dans la maison l’an dernier pour défendre sa thèse , y a envoyé son mari et y est revenue pour lui rendre visite quelques jours en début d’année.

Zhu revient de Chine pour visiter son mari.

Zaneidou ( Niger) nous a rejoints pour un stage de 5 mois ainsi que Laura, belge, qui terminera ses études d’ingénieur agronome en juin prochain.
Valère, post doctorant, vient du Bénin pour un an et Tiffany, Française est là jusqu’en juillet pour un stage en microbiologie.
Avec Shi, ces derniers arrivants aiment à se retrouver pour partager leurs préoccupations, les coutumes de leurs pays ou encore l’actualité… Avec un chinois parmi nous, le coronavirus est au menu des conversations.

Nouveau cette année : nous nous retrouvons tous pour le souper du samedi soir qui est préparé à tour de rôle. Les différentes saveurs du monde sont au rendez-vous et permettent à chacun de partager quelque chose des richesses culinaires de son pays.
Excellent moyen de construire de bonnes relations entre nous, de partager nos différentes cultures et de nous ouvrir au monde pour apprendre à le connaître et à l’aimer. » Sœur Monique-Marie Petit, mars 2020

Shi, Zhu, Valère et Tiffany pour le repas d’au revoir à Zhu

Nouvelles de Gembloux

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est décembre-2019-021-225x300.jpg.

« Les mois de novembre et de décembre ont été choisis par les experts pour mettre de l’ordre dans la propriété de Gembloux. Tandis que dans le fond de la propriété, les énormes tas de branches mortes avaient été évacués , les ronces et les lierres arrachés durant l’été , le tour des arbres était arrivé.
 Pour amener plus de lumière dans la cuisine ( entre-temps retapissée elle aussi) et surtout apaiser la peur des voisins( la mienne également) en cas de tempête, les 5 thuyas près de la chapelle ont été abattus. Un véritable travail de professionnels comme vous pouvez le voir sur les photos ! Toutes les branches, même les plus petites sont tombées, à l’endroit décidé par l’élagueur grimpeur! Impressionnant !

Les arbres fruitiers avaient eux aussi besoin d’un petit élagage pour continuer à nous donner de délicieuses pommes et poires. Moins impressionnant  évidemment, moins stressant aussi mais tout aussi performant! Ce jeune, encore étudiant, a fait un travail de pro. Le beau grand rosier de la façade a aussi profiter de son expertise.

Merci à chacun pour le soin apporté aux arbres du jardin. Le printemps arrive et la terre est déjà préparée pour y accueillir quelques légumes la saison prochaine.
Bienvenue à chacune! »

Sœur Monique-Marie Petit

1804-2020

A la suite d’un triduum de prière et de contemplation sur les pas de Julie et Françoise à travers le Centre d’Héritage, nous avons célébré et commémoré la fête de l’Institut en cette année des 50 ans de canonisation.

Lors de la traditionnelle procession des lumières, nous avons fait une première halte face à la peinture nous rappelant la vision du 2 février 1806. Puis nous avons repris notre marche à travers les 12 mois auxquels les thèmes nous associaient à toute la Congrégation à travers le monde (https://snddensjb50.org/ ).