Partage avec une famille musulmane

Pour fêter Noël, la communauté de Namur accueille une famille musulmane.

Le 27 décembre 2018, la famille musulmane, Hamouda, répond à notre invitation : venir vivre le partage de Noël avec notre communauté au complet.

Cette famille connait notre maison puisqu’elle vient suivre des heures de français avec une sœur et même parfois deux sœurs.

Cette famille est arrivée de Libye voici 2 ans après y avoir été réfugiée plus de 30 ans.  Originaire de la Palestine, elle n’avait jamais eu de passeport libyen.  Sans nationalité, les enfants n’avaient pas d’avenir.  De plus, la Libye est devenue un pays sans loi, ni gouvernement depuis la mort de Khadafi; la vie est devenue impossible : les enfants ne pouvaient plus se rendre à l’école sans être protégés par des hommes armés.  Les hommes vivent avec des armes et tout ce qui appartient à l’un est convoité par l’autre même s’il faut tuer.  On ne vit plus en sécurité ; les armes ont pris le pouvoir.  Alors, les parents décident de quitter le pays et paient pour faire la traversée sur les fameuses embarcations.

Un jour de Noël, les parents décident de faire un trait sur leur avenir pour sauver celui de leurs 5 enfants. Après une traversée périlleuse, ils arrivent tous en vie en Italie et demandent leur entrée en Belgique.

Tous protégés par Dieu, comme ils aiment dire, ils sont d’abord accueillis à Bruxelles, le temps de traiter leur dossier.  Les formalités terminées, leur dossier de réfugiés politiques est accepté et ils sont hébergés à Hotton pour quelques mois.

Là, ils se lient avec une famille de personnes âgées qui restent encore leurs amis aujourd’hui. 

Ils s’installent enfin à Sambreville

Les enfants sont tous scolarisés, les parents se forment au français et souhaitent s’intégrer dans le pays où ils ont trouvé la paix et l’accueil.

Leur plus grand bonheur serait de pouvoir travailler pour rendre à leur pays d’adoption un peu de ce qu’ils y ont trouvé.

Lorsqu’on discute avec eux, ils affirment n’avoir pas rencontré le racisme dans les endroits où ils sont passés.

Aujourd’hui, ils sont en attente de la nationalité belge.  Madame, sage-femme, espère trouver un emploi d’aide soignante dans une maison de repos et Monsieur reprendre des cours de mathématiques à l’université ; la fille aînée, après avoir réussi le jury central se prépare à la pharmacie, les 2 autres sont en secondaire et les 2 plus jeunes en fondamental.

Nous avons rencontré une famille musulmane très pratiquante et ouverte sur notre religion qui s’est sentie à l’aise chez nous.

Après un repas partagé, Madame et les enfants ont fait le service avec les sœurs et Monsieur nous a dit « je me sens de votre famille ; nous nous retrouverons tous chez nous au printemps pour un repas familial ».

L’expérience prouve que les préjugés tombent lorsqu’on prend le temps de se découvrir et d’entrer dans la culture de l’autre !

Sr Marie-Thérèse Béget, Namur, 18 janvier 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.